Twitter

accueil > Actualités > Agenda > Détail

Éveil du sentiment

6 décembre 2019, Marseille – Palais des Congrès Parc Chanot

22e journée annuelle de la petite enfance et à l’adolescence organisée par l’Association Couleur d’Enfants.

« … Qu’est-ce qu’une émotion ? Qu'est-ce que le sentiment ? Comment cela fonctionne, d’où ça vient, à quoi ça sert ?
En fait c’est la représentation verbale qui déclenche le sentiment.
Mais y a-t-il une différence entre émotion et sentiment ?
Une émotion est une réaction physiologique courte, 3 à 4 minutes environ.
A ce moment-là notre corps va répondre adaptivement à un stimulus de l’environnement, soit en agissant, soit en fuyant.
L’émotion a une fonction bio-régulatrice permettant après une décharge émotionnelle de revenir à son équilibre.
Les émotions de base sont au nombre de 7 : la joie, la tristesse, la colère, la peur, la surprise, le dégoût et la honte.
Une émotion est donc une réaction du corps sans lien avec le mental.
Pour s’en libérer il suffit simplement de l’accueillir, par contre si l’émotion est refoulée le corps reste en tension.
Alors que si les émotions sont de pure réaction physiologique, les sentiments, eux, ont une contribution mentale.
Mais le sentiment peut être le prolongement d’une émotion.
D’ailleurs la complexité de diverses émotions ou de manifestations d’émotions refoulées peuvent se retourner contre nous sous forme de culpabilité.
L’apparente banalité de cette décharge émotionnelle" (Freud 1931) ne peut qu’attiser notre curiosité.
Quelles sont la place et la fonction du rire dans notre société, quels sont les différents types de rire.
La question du rire est-elle révélatrice de nos problèmes sociétaux ?
La honte, on préfère la taire.
Ici on va l’appréhender de manière psycho-sociale afin d’essayer de comprendre l’intrication des ressorts psychiques et sociaux ; et faisant le pendant à cette souffrance qu’est la honte : le sentiment de fierté.
Ce sentiment de honte va se glisser peu à peu dans la construction identitaire de l’enfant.
Ces étapes sont des phases importantes pour la construction de son psychisme, de la constitution de son moi et d’autres instances intra psychiques.
Ce sentiment de culpabilité et de honte va se confronter au désir d’idéal de soi. La honte et la culpabilité, comme la fierté, sont des émotions morales qui nous font prendre conscience de soi en relation à l’autre.
On va maintenant réfléchir sur ce que l’évocation des usages et de la fonction du « récit de soi » dans notre monde contemporain évoque pour nous.
Simplement « Quand un blessé est entouré et qu’il tente d’adresser un récit à une personne qui le sécurise il élabore la représentation de son malheur et remanie le sentiment qu’il éprouve. C’est pourquoi il est aussi important d’agir sur les récits culturels de façon à intégrer le traumatisé dans son contexte culturel » écrit Boris Cyrulnik.
Il y aura traumatisme lorsque le moi se trouve submergé par une intensité émotionnelle qui dépasse ses possibilités d’intégration psychique.
Les animaux sont-ils bien différents de nous ?
Pour le neurobiologiste Antonio Damosio il faut bien distinguer, chez l’animal, les émotions et les sentiments. Certains animaux développent une conscience, une forme de comportement moral plus élaborée.
On distingue la culpabilité chez notre chien quand il a fait une bêtise, et la fierté chez le gorille quand il bombe le torse.
La différence entre l’émotion humaine et l’animal semblerait que nous connaissons une grande variété d’émotions alors que les animaux n’en ressentent que très peu.
Depuis une quinzaine d’année à peu près des neuroscientifiques ont démontré que les mammifères et même les oiseaux, possèdent une conscience, ce qui signifie qu’ils connaissent le plaisir et la souffrance.
Les animaux sont non seulement des êtres sensibles mais ils ont un monde mental, certes différent du nôtre, mais ils sont capables de traiter des informations présentes et passées et de s’en servir pour anticiper ou trouver une solution à un problème.
Comment fonctionnent les émotions chez l’enfant et ont-elles un impact sur leur développement ?
Lorsqu’un enfant n’est pas reconnu dans ses émotions, qu’il y a un interdit pour qu’il les exprime, il va se couper de ses ressentis pour éviter de souffrir.
Il risque alors de ne pas développer de façon satisfaisante les connexions cérébrales nécessaires à la maîtrise de ses émotions.
Il peut alors être sujet à des crises d’angoisse, devenir agressif, dépressif, être incapable de lier des liens affectifs satisfaisants, de ne pas pouvoir éprouver de la compassion pour les autres.
L’émotion c’est d’abord une manifestation interne qui va se transformer en réaction extérieure automatique.
Les émotions désagréables sont souvent vécues comme des faiblesses, or sans émotion on ne peut pas fonctionner.
Les émotions sont toujours indispensables et légitimes.
Pour l’enfant toutes les colères sont légitimes, elles ne sont ni volontaires ni préméditées. L’enfant ne fait pas une colère ; il est en colère. Il peut parfaitement avoir le droit d’être en colère, d’avoir peur, d’être triste.
C’est en apprenant à l’enfant de vivre avec ses émotions qu’on va lui permettre de développer leur intelligence émotionnelle. »

couleurdenfants@gmail.com

En savoir plus…

Programme et inscription "Éveil du sentiment"

Contact : Association Couleur d’Enfants, 229 avenue du Prado, 13008 Marseille – Tél : 04 91 82 24 70.

Dernière mise à jour le 01/10/2019

accueil > Actualités > Agenda > Détail

Agenda

Vous avez une information à diffuser ?

N'hésitez pas à nous contacter pour nous communiquer une information qui entrerait dans le cadre de cette rubrique.

Pour consulter nos fichiers PDF, vous devez disposer d'Acrobat Reader disponible gratuitement en téléchargement.


© CREAI Provence Alpes Côte d'Azur et Corse - Mentions légales - Nous contacter - Crédits